« Première Année Commune aux Études de Santé » : telle est la signification de la PACES, l’année à laquelle les aspirants médecins, pharmaciens ou encore maïeuticiens doivent se soumettre. Mais en quoi consiste-t-elle exactement ? Quelles universités parisiennes proposent ce cursus ? Que sait-on de la réforme de la PACES, prévue pour 2020 ? Spécialisé dans les préparations aux concours de médecine à Paris, l’organisme Prépa Epsilon vous répond.

Notre prochaine JPO :

Le samedi 12 octobre 2019
De 10h à 12h30 et De 14h à 17h00
au 15 rue Buffon, 75005 Paris
Métro Austerlitz

La PACES : la première année commune aux études de santé

À ce jour, la PACES est le passage obligé pour les étudiants souhaitent suivre une carrière médicale ou, dans certains cas, paramédicale. Le caractère particulièrement volumineux de son programme et sa grande sélectivité, soldée par un double concours, exigent une force de travail élevée et une solide méthodologie.

Les cours de PACES : un programme particulièrement exigeant

Après inscription via la plateforme Parcoursup, la PACES se suit dans l’une des universités de France proposant le cursus. Les étudiant·es y suivent cours magistraux en amphithéâtre et enseignements dirigés, ces derniers étant organisés en petits groupes. En PACES, les cours s’articulent autour des sciences fondamentales (exemple : biologie), des sciences médicales (exemple : anatomie) et des sciences humaines et sociales (exemple : psychologie médicale).

En PACES, un concours articulé sur 2 semestres

Qui dit PACES dit concours médecine. Chaque année, un arrêté ministériel fixe le nombre de places disponibles à l’issue de ces concours : c’est le numerus clausus. À la fin du 1er semestre, les universités organisent la première partie des concours. Une fois les résultats connus, les 85 % de candidats les mieux classés sont autorisés à poursuivre la PACES pour un 2nd semestre. Ils doivent alors choisir quelle(s) sera(ont) la(les) 2ème(s) partie(s) du concours qu’il présenteront à la fin de l’année : médecine, pharmacie, maïeutique, etc.

 

C’est la vocation de Prépa Epsilon d’aider chaque candidat·e à réussir sa PACES. Pour en savoir plus, accédez à toutes nos offres de prépa PACES.

Après les concours PACES : études et débouchés

Passer avec succès son concours de faculté de médecine, c’est faire le premier pas vers une carrière de médecin, mais également de dentiste, de pharmacien, de sage-femme ou de masseur-kinésithérapeute. Les équipes de Prépa Epsilon vous détaillent chaque filière dans leur espace « Que faire après PACES ».

Les études pour devenir médecin

Obtenir un diplôme d’État de docteur en médecine est obligatoire pour exercer le métier de médecin. Ce diplôme est délivré à l’issue d’une formation s’étalant sur 9 années pour un médecin généraliste, et 10 à 11 années pour un médecin spécialiste.

Les études pour devenir dentiste

Un diplôme d’État de docteur en chirurgie dentaire est requis pour exercer la profession de chirurgien-dentiste. Les études, articulées autour de 3 grands cycles, durent au minimum 6 ans. Les étudiant·es peuvent tenter d’obtenir un DES en plus du diplôme d’État et ce, afin d’exercer l’une des spécialités de la discipline (exemple : l’orthodontie).

Les études pour devenir kiné

Aujourd’hui, la grande majorité des étudiant·es souhaitant embrasser la carrière de masseur-kinésithérapeute doivent avoir effectué une année de PACES. Leur succès aux concours conditionne leur accès en IFMK, acronyme désignant les instituts de formation en masso-kinésithérapie de France.

Les études pour devenir pharmacien

Pour être pharmacien, il faut être titulaire du diplôme d’État de docteur en pharmacie. Les études pour exercer la profession durent au minimum 6 ans et commencent avec la PACES. L’aspirant pharmacien peut obtenir, à la fin de son cursus, un DES pour se spécialiser.

Les études pour devenir sage-femme

Le diplôme d’État de sage-femme permet d’exercer dans la maïeutique et se prépare en 4 ans dans une école rattachée à un CHU. Son diplôme d’État en poche, le ou la maïeuticien·ne peut choisir de passer un diplôme universitaire pour se spécialiser.

Les cours PACES en Ile-de-France : 7 universités

À Paris et sa région, 7 universités permettent de suivre le programme PACES. Les équipes de Prépa Epsilon vous détaillent chaque établissement dans leur espace « Faire PACES à Paris ».

La PACES à Paris 5

L’année 2018-2019 comptait 1 450 inscrit·es en PACES à l’université Paris 5 Descartes. 26 % d’entre eux ont accédé à l’une des filières listées ci-avant.

La PACES à Paris 6

L’année 2018-2019 comptait 1 700 inscrit·es en PACES à l’université Paris 6 Sorbonne. 24 % d’entre eux ont accédé à l’une des filières listées ci-avant.

La PACES à Paris 7

L’année 2018-2019 comptait 1 685 inscrit·es en PACES à l’université Paris 7 Diderot. 22 % d’entre eux ont accédé à l’une des filières listées ci-avant.

La PACES à Paris 11

L’année 2018-2019 comptait 930 inscrit·es en PACES à l’université Paris 11 Châtenay-Orsay. 32 % d’entre eux ont accédé à l’une des filières listées ci-avant.

La PACES à Paris 12

L’année 2018-2019 comptait 1 140 inscrit·es en PACES à l’UPEC. 27 % d’entre eux ont accédé à l’une des filières listées ci-avant.

La PACES à l’UVSQ

L’année 2018-2019 comptait 1 200 inscrit·es en PACES à l’université Versailles-Saint-Quentin. 23 % d’entre eux ont accédé à l’une des filières listées ci-avant.

La PACES à Paris 13

L’année 2018-2019 comptait 980 inscrit·es en PACES à l’université Paris 13 Bobigny. 24 % d’entre eux ont accédé à l’une des filières listées ci-avant.

PACES : une signification sujette à réforme

À la fin de l’été 2018, le gouvernement français a officialisé son projet de réforme des études de santé. Aujourd’hui, une date a été fixée : les universités devront être prêtes pour 2020.

« Portail santé », « mineure santé » et « numerus apertus »

Plusieurs alternatives aux actuels concours PACES ont déjà été rendues publiques. Parmi celles-ci figurent :

  • le « Portail santé », une nouvelle première année qui ne permettrait aucun redoublement ;
  • la « mineure santé », qui permettraient à des étudiantes en matières scientifiques non médicales ou issus de filières non scientifiques d’accéder aux filières médicales à l’issue de leur Licence 2, de leur Licence 3 ou de leur Master ;
  • le « numerus apertus », qui remplacerait l’actuel numerus clausus dicté par l’État.

 

Les équipes de Prépa Epsilon vous exposent ce que l’on sait de ces changements dans leur espace « La réforme de la PACES ».

LES INTERNAUTES AYANT CONSULTÉ CET ARTICLE ONT ÉGALEMENT RECHERCHÉ

  • réorientation PACES
  • cours prépa médecine
  • concours médecine première année