Longues et exigeantes, les études de médecine à Paris comme ailleurs en France occuperont de 9 à 12 années de votre vie. À l’issue de votre cursus, vous serez titulaire d’un diplôme d’État, obligatoire pour exercer votre profession. Dans le cadre de son espace dédié aux études de santé MMOPK, l’organisme Prépa Epsilon vous détaille ce parcours, pas à pas.

Notre prochaine JPO :

PASS ou L.AS : le début des études pour être médecin

La Première Année Commune aux Études de Santé (PACES), c’est terminé. Désormais, deux voies d’accès vous permettent, via la plateforme Parcoursup, d’accéder aux études de médecine :

  • le PASS (Parcours d’Accès Spécifique Santé)
  • la L.AS (Licence avec Accès Santé)

 

Quel que soit le parcours choisi, les candidats doivent justifier de solides connaissances et compétences scientifiques, et faire montre d’une très grande force de travail.

Le PASS : la voie majoritaire pour accéder aux études de médecine

Le Parcours d’Accès Spécifique Santé constitue la voie principale pour devenir médecin, puisque plus de la moitié des étudiants en 2ème année de MMOPK seront issus des différents PASS de France. Le programme PASS présente de forte similitudes avec celui de la PACES. Il apporte toutefois une vraie nouveauté : l’obligation, pour tous les étudiants, de valider un module dans une discipline hors santé (droit, économie, chimie…). En cas d’admissibilité, et non d’admission directe, l’étudiant en PASS devra se soumettre à une épreuve orale pour espérer accéder à la 2ème année de la filière MMOPK de son choix.

La L.AS : une Licence à mineure santé pour devenir médecin

Les L.AS, elles, sont des Licences traditionnelles disciplinaires auxquelles sont ajoutées une mineure santé. Les étudiants acceptés en 2ème année MMOPK à l’issue d’une L.AS seront largement minoritaires aux étudiants issus du PASS.

Une prépa médecine pour optimiser ses chances de réussite

Attention : la fin de la PACES et la suppression du numerus clausus ne signifient pas la fin de la grande sélectivité à laquelle étaient soumis·es les candidat·es. Avant comme après cette réforme de la PACES, suivre une classe de préparation à médecine en parallèle des cours dispensés à l’université augmente vos chances de passer en deuxième année du cursus MMOPK de votre choix :

 

Découvrez toutes les formules de Prépa Epsilon sur notre site internet.

Le DFGSM : le premier diplôme des études pour être médecin

Si vous faites partie des étudiant·es sélectionné·es pour poursuivre vos études au-delà de la 1ère année de médecine, vous consacrerez votre 2ème et votre 3ème années à préparer le Diplôme de Formation Générale en Sciences Médicales (DFGSM), reconnu au niveau Licence.

Le programme en 2ème et 3ème années d’études de médecine

Lors de ces 2 années, vous serez soumis·e à de la sémiologie, de la physiologie, de l’anatomie ou encore de la microbiologie, ainsi qu’aux bases de la pathologie, de la pharmacologie et de la bactériologie. Des enseignements optionnels complètent ce programme ; vous pourrez ainsi étudier l’anglais médical ou l’histoire de la médecine, par exemple. La 3ème année est plus clinique que la précédente ; l’emphase est mise sur les sciences médicales telles que l’immunologie.

Les stages pour préparer le DFGSM

4 semaines durant, à plein temps, l’étudiant·e effectue un stage infirmier. Sur les 2 années de préparation du DFGSM, il ou elle devra réaliser 12 autres semaines (au minimum) de stages en milieu hospitalier. L’aspirant médecin peut ainsi découvrir des services généraux autant que des services spécialisés : dermatologie, cardiologie, etc.

Le DFASM : le deuxième diplôme des études pour être médecin

Son DFGSM en poche, l’étudiant·e va préparer un nouveau diplôme pendant 3 nouvelles années : le Diplôme de Formation Approfondie en Sciences Médicales (DFASM), reconnu au niveau Master.

Le programme en 4ème, 5ème et 6ème années d’études de médecine

À l’issue de ces 3 années d’externat, vous êtes censé·e avoir suivi une formation médicale complète et d’avoir traité aussi bien les pathologies que leur thérapeutique et leur prévention. Gériatrie, neurologie, cancérologie : les matières sont très variées. Les enseignements sont complétés par des stages et des séminaires.

Des étudiants en médecine qui sont aussi salariés

Le temps occupé par la pratique clinique augmente au fur et à mesure de votre parcours estudiantin. Qui dit externat dit double statut : vous serez à la fois étudiant·e et salarié·e de l’hôpital. De fait, vous toucherez une rémunération. Si certains stages sont obligatoires, d’autres sont, à l’inverse, facultatifs.

Les Épreuves Nationales Classantes

Ce cycle s’achève, 2 jours durant à l’issue de la 6ème année, par les Épreuves Nationales Classantes (ECN). Elles visent à ce que l’étudiant·e choisisse son centre hospitalier universitaire et, par conséquent, sa ville d’affectation, ainsi que sa filière. Les candidats les mieux classés jouissent d’un plus grand choix.

L’internat : la fin des études médicales

L’obtention du DFASM et le passage des ECN donnent le droit d’accéder à l’internat, l’ultime cycle des études pour devenir médecin. Il s’étale sur :

  • 3 années pour devenir médecin généraliste
  • 4 à 6 années pour devenir médecin spécialiste

Il existe plusieurs dizaines de spécialisations. Exemples :

  • psychiatrie
  • gynécologie-obstétrique
  • radiologie
  • pneumologie

Attention : le nombre de places ouvertes chaque année varie drastiquement selon les spécialités. En 2018, on trouvait près de 150 fois plus de places en médecine générale qu’en chirurgie pédiatrique.

Les 3 grandes phases de l’internat de médecine

L’internat de médecine s’articule autour de 3 grands pans :

  • le 1er : le socle
  • le 2ème: l’approfondissement
  • le 3ème: la consolidation

Au moins 6 stages (soit un stage par semestre) doivent être suivis. Entre ces stages, l’étudiant·e continue à suivre quelques enseignements théoriques. En outre, l’étudiant·e doit rédiger une thèse d’exercice.

L’obtention du diplôme qui permet de devenir médecin

À l’issue de leur internat, les étudiant·es doivent avoir validé stages, enseignements et mémoire. Ces conditions réunies, ils reçoivent leur diplôme d’État (DE) de docteur en médecine. Ce titre est assorti d’un diplôme d’études spécialisées (DES) correspondant à la discipline suivie.

LES INTERNAUTES AYANT CONSULTÉ CET ARTICLE ONT ÉGALEMENT RECHERCHÉ

  • fac de médecine Paris classement
  • fac de médecine Paris liste
  • meilleure fac de médecine Paris